Bombardier : constructeur aéronautique

Bombardier Aéronautique est une société canadienne fondée par le Groupe Bombardier. Elle est devenue aujourd’hui un constructeur aéronautique spécialisé dans la confection de jets privés, mais ce n’a pas toujours été le cas. Cette entreprise est une des leaders sur le marché de la construction d’avions avec Airbus, Boeing, mais encore Embraer. On vous en dit plus sur l’histoire de cette société qui a bien évolué au fil de l’histoire, ainsi que les missions qu’elle remplit de nos jours.

Bombardier Logo
Crédit Photo : Bombardier

L’histoire de Bombardier : des origines du transport sur Terre à son envol

 

Les origines de Bombardier

  • Au début du XXème siècle, en 1907 exactement naît à Valcourt (Québec) Joseph-Armand Bombardier. Ce génie d’ingéniosité et d’entreprenariat construit à l’âge de 15 ans sa première autoneige. Son envie est claire : faciliter la mobilité des personnes quelles que soient les conditions climatiques (ici, les paysages enneigés du Canada). Et son souhait se réalise.
  • En 1937 : son autoneige sept places (la B7) voit le jour et réalise un franc succès commercial.
  • En 1959 : fort de son succès sur la voiture des neiges, il lance cette année-là la fameuse moto-neige Ski-Doo.

 

Le changement de direction

 

  • 1966 : Laurent Beaudoin devient le PDG de l’entreprise. Cette dernière entame une nouvelle ère. La société souhaite se diversifier et s’accroître. 
  • 1969 : Bombardier entre en bourse (actions cotées à Montréal et Toronto).
  • Années 70 : L’entreprise Bombardier (Transport) se lance dans le transport sur rails et matériel roulant comme des voitures pour les particuliers, mais aussi pour les transports en communs comme des voitures de métro.

 

L’envol de Bombardier

 

À partir de 1986, avec l’achat de la société Canadair, le constructeur Bombardier ouvre enfin sa branche dans l’industrie aéronautique et l’aviation d’affaires. Il va alors s’approprier l’espace aérien et se construire des programmes aéronautiques. Il achète aussi de petits constructeurs aériens en difficulté afin de les remettre d’appoint. Dans un premier temps, l’entreprise Short Brothers, ensuite Learjet, mais encore Havilland Canada.

Bombardier reprend alors la continuité des travaux des ses nouvelles sociétés. Il se lance alors sur les avions d’affaires à large fuselage (les Challengers) ainsi qu’aux avions amphibies Bombardier 415 (pour la lutte contre les incendies de forêt) lancés en 1994. Enfin il s’attèle aux Learjets (du même nom que l’ancienne société) et aux avions d’affaires appelés Global à partir de 1993.

 

Global8000_Bombardier
Crédit Photo : Bombardier

Bombardier aviation : ses missions dans l’aéronautique de 1989 à aujourd’hui

La reprise d’activité d’ancienne sociétés

 

À partir de 1989 la gamme CJR (Canadair Regional Jet) se lance. Ce sont des biréacteurs allant de 50 à 100 places selon les modèles, et sont spécialisés dans les trajets régionaux. Ils sont aujourd’hui les avions de ligne favoris pour ce type de trajets. Par ailleurs, certains de ces CJR sont ensuite modifiés en avion-cargo pour le transport de marchandises.

Ensuite, une autre série phare d’avion Bombardier est la gamme d’avions Learjet. Dès les années 90, ils réinventent et améliorent ces fameux jets privés pour en faire des bijoux de conception. Couplé d’un faible coût d’exploitation, ces jets d’affaires proposent de plus amples améliorations comme la modernisation de la cabine mais aussi un accroissement des performances de l’appareil.

 

Des challenges à relever

 

Plusieurs défis attendent les équipes du constructeur canadien. En 1992 après l’acquisition du constructeur britannique Havilland (faisant partie du groupe Boeing), Bombardier se lance dans les avions 50 places biréacteurs et bi-turbopropulseurs. Il est le seul à s’atteler à ce type d’avions régionaux.

Peu de temps après, un nouvel exploit est relevé avec brio, Bombardier à réussi à réduire considérablement la pollution sonore d’un biturbopropulseur. Cela lui vaudra le nom de “Q Series”; le Q signifiant “quiet” pour silencieux.

 

L’épisode des C-Series

 

Les C-Series sont des avions commerciaux dont la création a été annoncée en 2008. Ces avions sont devenus en quelque temps les appareils les plus sophistiqués de l’aviation commerciale. Après quelques années d’études et de création, le premier C-Series réalise son premier vol en 2013. De nombreuses commandes d’avions sont attendues de la part des compagnies aériennes. C’est le cas de la compagnie allemande Lufthansa, qui commandera une soixantaine d’avions (pour une estimation de 2 milliards de dollars). Bombardier s’associe quelque temps après en 2017 à la société Airbus afin de valoriser la gamme des C-Series. Malheureusement Bombardier va être obligé de se retirer du projet faute de moyens.

 

Bombardier_Learjet_75
Crédit Photo : Bombardier

 

Le redressement de Bombardier

 

Jusqu’en 2020 et pendant 5 ans, la société canadienne est entrée dans un plan de redressement. Effectivement, les dettes se sont accumulées et dans le but de conserver la compagnie et lui assurer un futur, il faut se retirer de quelques projets. C’est donc pourquoi même avec un franc succès de la gamme C-Series, Bombardier à du renoncer à continuer sur le projet. De même, la branche Bombardier Transport est vendue à Alstom en février 2020. Cela permet à la société de réduire considérablement sa dette.

En 2020, le PDG de l’industrie change et Éric Martel prend alors la tête de la direction de l’entreprise. C’est alors que Bombardier cible son activité uniquement sur des avions d’affaires. Une page est tournée, une autre s’ouvre et elle a déjà exposé de sacrées innovations.

 

Stratégies et actions de Bombardier aujourd’hui

 

Bombardier a pour objectif d’être le chef de file mondial de l’industrie : par ses performances, par la valeur qu’elle apporte à ses clients et à ses actionnaires, et par son excellence opérationnelle. En bref, notre objectif est d’étendre les performances exceptionnelles de nos produits et de nos employés de talent à l’ensemble de notre entreprise.

Éric Martel, chef de la direction et président de Bombardier.

Quelques chiffres

 

Depuis moins de deux ans, Bombardier fait le parti pris de passer exclusivement à l’aviation d’affaires. Le défi est réussi, comme on peut le constater avec ces quelques chiffres.

  • 142, c’est le nombre de jets que Bombardier a livré en 2020.
  • 452 millions de dollars, cela représente la plus grosse commande d’avions en 2021, avec une dizaine de jets à livrer.

 

Bombardier Challenger 3500
Crédit Photo : Bombardier – Challenger 3500

Les 3 familles de jets d’affaires

 

Se concentrer sur l’essentiel c’est ce que veut Bombardier. Et pour cause, avec près de 4900 appareils en circulation, ce constructeur est un leader incontournable dont la réputation n’est plus à faire.

Ils opèrent sur plusieurs catégories de jets privés : Learjet, Challenger et Global. 

La gamme Global fait partie des plus grands avions d’affaires. Le Global 7500 est d’ailleurs le plus grand en circulation à ce jour avec une des plus grande autonomie de vol. Comprenant plusieurs espaces au sein d’un même avion, vous vous sentirez reposé même pour un vol long courrier.

La flotte d’avions Challengers, eux, sont les jets les plus vendus de Bombardier. Ce sont des combinés d’innovations et de technologie comme leur dernier modèle, le Challenger 3500. Ce dernier devrait prendre son envol en 2022 et présente des caractéristiques incroyables.

Enfin le Learjet 75 Liberty lui cumule confort de voyage tout en remplissant les normes de sécurité les plus pointues du secteur aéronautique. Cela en fait un jet incontournable sur le marché.

 

Les différents sites de Bombardier

 

Qui dit jets à fournir, dit forcément usines pour les produire. Pour la société canadienne dont le siège social est basé à Montréal, on trouve les principales usines au Québec. On en trouve 4 qui sont les principales usines Bombardier. Par exemple, l’assemblage final des C-Series s’est fait à Mirabel, au Québec. Autre exemple pour l’usine de Saint-Laurent (Québec), certains composants des jets d’affaires y sont manufacturés. D’autres usines viennent compléter la famille et viennent travailler sur des parties et pièces spécifiques de l’avion comme les ailes ou le carénage par exemple. Mais aussi pour de la maintenance aéronautique ou encore du suivi clientèle. Ces sites s’étendent à l’international, sur plus d’une dizaine de pays.

 

Bombardier sensibilisé sur les actions environnementales

 

Crédit photo : Unsplash

En route vers la décarbonisation ! Bombardier fait partie du comité GAMA (General Aviation Manufacturers Association) relatif à l’environnement. Son but est précis,être un acteur dans la lutte contre les changements climatiques, et limiter les émissions qui sont générées par l’aviation en général.

Et pour cause, en 5 ans, il a divisé de moitié sa consommation de kérosène non renouvelable. Ils essayent une transition vers de plus en plus de carburant durable. Bombardier met un point d’honneur à innover sur des avions de moins en moins gourmant sur l’aspect énergétique. La société repense de nombreux éléments comme l’aérodynamisme mais aussi la création de nouveaux moteurs.

Par ailleurs, pour aller au bout des choses et des combats menés par Bombardier, ce dernier soutient de nombreux projets comme la protection des forêts (au Mexique par exemple). Leur but étant de lutter au maximum contre la pollution au gaz à effet de serre. 

 

Chez AEROAFFAIRES, nous sommes ravis de collaborer et de vous proposer des jets privés Bombardier. Pour en savoir plus et réserver votre vol, remplissez notre devis en ligne ou joignez-nous au +33(0)1 44 09 91 82.