Accueil » Vol en jet privé pas cher : à quel prix pour les passagers ?

Vol en jet privé pas cher : à quel prix pour les passagers ?

VOTRE DEVIS EN LIGNE

Location de jets privés

depuis 1991

7500

appareils disponibles

20 000

vols assurés

95 000+

passagers

L’aviation d’affaires repose originellement sur un modèle assez simple. Lorsqu’un homme d’affaires désire voler en jet privé, il s’adresse à un courtier aérien. Ce dernier se tourne alors vers les compagnies aériennes pour identifier les meilleures offres qu’il peut lui proposer. Après son choix, il l’accompagne tout au long du processus de réservation jusqu’au décollage.

Le low cost est un succès commercial incontestable dans l’aviation de ligne. Le modèle du vol pas cher, inventé aux États-Unis dans les années 2000, a permis de démocratiser le voyage en avion avec de très bas prix. Selon l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale (OACI), les transporteurs à bas coûts des vols réguliers  ont transporté 31% des passagers aériens réguliers totaux du monde en 2018.

Aujourd’hui, certains acteurs tentent d’adapter ce modèle à l’aviation d’affaires. La hausse significative du nombre de concurrents et l’apparition de nouveaux outils digitaux sont venus rebattre les cartes ces dernières années pour louer un jet privé pas cher. Face à une compétition accrue, les entreprises du secteur n’ont pas hésité à se positionner sur une offre low cost de vols en jets privés. Mais quels sont vraiment ces nouveaux business models d’aviation d’affaires ? Et quelles sont les implications sur le voyage en jet privé pas cher pour les passagers  ?

AEROAFFAIRES vous dévoile les différentes options possibles pour un vol en jet privé pas cher et qui respectent toutes les conditions de sécurité du vol en transport public. Il est utile d’y voir clair pour choisir votre vol en toute connaissance de cause et en toute transparence.

 

Les nouvelles offres de vol en jet privé low cost 

« En tant que chef d’une entreprise basée à Lorient, je dois me rendre à Marseille pour visiter des fournisseurs tous les mois. C’est un déplacement qui me prendrait au moins 8 heures en prenant le train et plus de 10 heures en prenant la voiture. Ça me ferait perdre plus de deux jours pour une visite, avec les frais d’hôtel et de taxis, et puis la fatigue qui va avec ! Le jet privé est une solution professionnelle qui m’est indispensable. Mais la multitude d’offres est assez désorientante. », nous confiait récemment un client, patron emblématique de Bretagne. Et il n’avait pas tort dans sa conclusion, l’abondance des formules pour la location de jets privés peut faire tourner les têtes, comme le rapporte Le Point dans une tribune.  

  • Les vols à vide 

Le vol à vide, ou « Empty Leg » en anglais, est apparu comme la solution parfaite pour voyager en jet privé à bas prix. Il s’agit d’un vol déjà réservé et payé par le client. Étant donné qu’il faut parfois déplacer l’avion jusqu’au client pour son vol, ou au contraire le repositionner après, certains déplacements se font sans passagers. Ce sont sur ces vols que les compagnies aériennes vendent des places à des prix défiant toute concurrence. Ils sont en effet déjà rentabilisé, c’est un pur bénéfice pour elles.
Le vol à vide est cependant contraignant dans le sens où il peut être annulé jusqu’au dernier moment par l’opérateur aérien. Par ailleurs, le client ne peut choisir ni ses horaires et modifier la destination finale.

  • Les cartes d’abonnement illimité

Certaines compagnies aériennes vendent des cartes d’abonnement qui permettent de voyager de manière illimitée en jet privé. L’avantage de cette solution réside dans le prix fixe qu’il faut payer pour accéder au service. Néanmoins, malgré un succès fulgurant aux États-Unis, cette offre ne trouve pas sa clientèle en Europe. Plus aucune compagnie Européenne ne la propose dans la mesure où elles ont fait faillite…

  • Les plateformes en ligne de réservation de jet privé

Des courtiers aériens ont décidé d’adopter une démarche low cost en proposant des plateformes en ligne de réservation de jet privé. Ces entreprises mettent directement en lien passagers et opérateurs aériens. Elles assurent un service moindre par rapport aux courtiers traditionnels. Le suivi du vol est limité au strict minimum, les conditions de vente sont plus exigeantes et les options supplémentaires payantes sont nombreuses comme le catering ou la modification de la liste passagers. C’est la condition pour un prix moins cher.

  • Le vol partagé

Réserver son siège sur un vol en jet privé, c’est le concept du vol partagé. Pour un prix unique par personne, cette offre permet de réduire le prix du vol.
Le concept avait l’ambition de devenir le « Blablacar »  du jet privé mais séduit peu en Europe. Le propre de l’aviation d’affaires est en effet d’apporter des solutions sur-mesure à des voyageurs qui sont prêts à en payer le prix.
Par ailleurs, le vol partagé peut s’apparenter à du transport déguisé de personnes. Le rapprochement avec du transport commercial régulier peut se faire dans le sens où des passagers réservent leur siège dans un avion qui opère sur une ligne régulière.

  • Le coavionnage

Plusieurs offres de « coavionnage » pour l’aviation d’affaires apparaissent depuis peu de temps. Ces entreprises désirent « ubériser » l’aviation sur-mesure en mettant en lien voyageurs, pilotes et propriétaires d’avions sur une même plateforme. Cette offre de partage de frais est alléchante car peu cher. En réalité, cette solution ne rentre pas dans la définition légale du vol d’affaires en transport public. Elle consiste essentiellement à voyager sur des avions de tourisme, à la cabine étroite et au rayon d’action très limité. Avec un seul pilote amateur qui ne dispose pas des qualifications nécessaires pour le transport commercial de passagers.

De même, les propriétaires des avions mis à disposition ne possèdent pas toujours le Certificat de Transporteur Aérien (CTA). Cette lacune amène un défaut grave d’assurance pour le vol, risque impossible à prendre pour une entreprise vis à vis de ses collaborateurs. En effet, ni le pilote, ni le le propriétaire de l’avion, ni la plateforme qui met en relations les parties ne portent la responsabilité pour le vol. C’est dans ce contexte que le footballeur Emiliano Sala a perdu la vie dans l’accident de son avion au-dessus de la Manche en Janvier 2019. De l’agent qui a organisé le vol, du pilote ou encore du propriétaire de l’avion, un Piper PA-46, personne ne possédait le CTA. L’avion autant que le pilote n’étaient donc pas autorisé à effectuer du transport commercial de passagers.

AEROAFFAIRES refuse de proposer ce genre de vols amateurs à ses clients pour leurs déplacements aériens.

Vol en Jet Privé Pas Cher au Terminal

 

Qu’implique le voyage en jet privé low cost ? 

Les acteurs de l’aviation sur-mesure qui se positionnent sur le low-cost ont une offre qui diverge sensiblement de celle des acteurs traditionnels du secteur.

  • Un service où tout est facturé à la carte

Les compagnies aériennes et les affréteurs low-cost réduisent leurs services pour baisser les coûts. Leurs marges sont si faibles qu’ils tirent profit d’un service à la carte où toute prestation supplémentaire est facturée.
La restauration à bord devient un luxe payant. De la même manière, chaque modification dans le vol que ce soit pour la liste des passagers ou les horaires seront facturés au client.
La satisfaction client n’est pas moins importante dans le low cost mais elle passe avant tout par le prix du vol, car il fait toujours revenir les clients. 

  • Des conditions d’annulation renforcées 

Pour rentabiliser leur flotte, les compagnies aériennes de jets privés à bas prix font plus voler leurs avions que les opérateurs classiques. En cas d’annulation peu de temps avant le vol, la compagnie subit un gros préjudice. C’est la raison pour laquelle ces opérateurs facturent d’importants frais d’annulation. Et alors qu’il est souvent possible de négocier ou d’annuler ces frais avec les compagnies classiques, il est très difficile de le faire avec le low cost. 

  • Des services commerciaux à l’efficacité limitée en terme de service

Les prix attractifs du low cost attirent plus de clients et les affréteurs reçoivent ainsi plus de demandes de vol en jet privé. Pour y faire face, les conseillers en vente répondent à tous les devis pour les vols à très haute cadence sans vérifier les paramètres du vol. Le service n’est plus aussi personnalisé qu’il ne l’est chez les courtiers traditionnels. Ces derniers s’occupent généralement de vos déplacements avant et après le vol, des formalités de visas ou encore de vérifier certains détails sur les contraintes inhérentes aux vols d’affaires (horaires des aéroports, disponibilité des équipages, qualification des pilotes pour certaines destinations, etc.). Le volume exponentiel de devis traités implique des erreurs et des omissions chez l’affréteur low cost ayant pour conséquence un faible taux de conversion.  

De même, l’opérateur à bas coûts ne s’occupe généralement pas de trouver une autre solution en cas d’aléa mécanique de dernière minute alors qu’il est usuel pour le courtier de trouver un autre moyen pour que le client réalise son vol et se rende à sa  destination. 

  • Des conditions de vente plus exigeantes 

Les conditions de vente des opérateurs à prix bas sont particulièrement exigeantes par rapport à celles flexibles des courtiers classiques. Le prix de vente proposé pour un vol est toujours à durée limité chez l’affréteur low cost, son prix augmente avec le temps. De la même manière, lorsqu’une offre est confirmée, il faut signer le contrat très rapidement voire immédiatement après. Enfin, les conditions de paiement sont aussi plus strictes. Le courtier low cost demande le paiement quelques jours avant le vol car sa trésorerie est plus tendue. Lorsqu’un courtier traditionnel peut avancer la somme ou échelonner le paiement après le vol. 

 

Le modèle low cost peine donc à s’adapte à l’aviation d’affaires. Difficile en effet de réduire les services et les coûts là où tout est sur-mesure. Le vol en jet privé demeura assez onéreux car il demande beaucoup de garanties pour être effectué dans des conditions sûres. L’expertise d’un conseiller, la qualification de pilotes professionnels, une maintenance à jour des avions, les assurances avec des plafonds financiers importants ou encore les agréments tels que le Certificat de Transport Aérien, ce sont autant de garde-fous sur lesquels il ne faut pas transiger pour la sécurité et le bon déroulement d’un vol.

La meilleure solution pour voyager au meilleur prix et dans les meilleures conditions semble encore de faire appel à un courtier comme AEROAFFAIRES. Nous nous engageons à trouver les offres les plus intéressantes pour vos vols privés. Nos vols sont effectués sous le régime légal du Transport Public de Passagers sur des jets privés opérés par des compagnies disposant d’un Certificat de Transporteur Aérien. Nous privilégions les meilleurs opérateurs aériens, validés par nos assurances. 

Si vous désirez voler en jet privé à petit prix, il existe des allers et retours sur la journée entre Paris – Le Bourget et Genève. Pour 4 ou 5 personnes, vous pouvez voler à un prix très compétitif de l’ordre de 4000 euros soit moins de 1000 euros par passager.

 

© Photos: Pixabay/ValiGreceanu