Accueil » Devenir pilote de jet privé

Devenir pilote de jet privé

VOTRE DEVIS EN LIGNE

Location de jets privés

depuis 1991

7500

appareils disponibles

20 000

vols assurés

95 000+

passagers

C’est la question que de nombreux passionnés se posent. Que vous ayez 13, 20, 35 ans ou plus, vous pouvez dès maintenant commencer à préparer la licence et les qualifications qui vous permettront de devenir pilote de jet privé. Dans cet article, AEROAFFAIRES vous explique toutes les étapes à suivre pour prendre votre envol.

 

Pourquoi devenir pilote de jet privé ?

Pilote de jet privé est un métier qui engendre de nombreuses responsabilités : au-delà du transport de passagers ou de fret, vous serez chargé d’établir le plan de vol, de vérifier et de préparer l’appareil, d’assurer le confort et la qualité du service, mais surtout la sécurité des passagers.

C’est un métier exercé par une grande majorité de personnes passionnées car il engendre aussi des sacrifices. Contrairement aux pilotes de ligne, vous ne recevrez pas votre planning un mois à l’avance mais serez souvent sollicité à la dernière minute par exemple.

D’après François-Valéry Vannimenus, pilote du jet privé Citation 2 , les compétences requises pour être un bon pilote sont entre autres « être ordonnée, se repérer facilement dans l’espace, être ouvert et à l’écoute des autres ». Il pourra également vous être demandé une grande discrétion s’il s’agit du transport de personnalités. Retrouvez son interview complète ici.

Enfin, c’est un métier exigeant sur le plan physique aussi bien que professionnel et personnel. Avant d’entamer toute procédure de formation, assurez-vous d’être apte à exercer ce métier en faisant une visite médicale de classe 1. Cette visite sera par la suite à faire régulièrement.

 

Comment devenir pilote de jet privé ?

Devenir pilote de jet privé nécessite d’avoir une licence professionnelle. La licence de pilote commercial (CPL) est celle qui vous permet d’être rémunéré en volant. Elle s’obtient en validant 200 heures de vol. Il vous faut dans le même temps passer l’ATPL théorique, ou « frozen ATPL », qui comprend 14 certificats.

Ces pré-requis vous permettent de commencer votre carrière en tant que copilote (OPL). Pour devenir command de bord (CBD), il est nécessaire de valider par la suite l’ATPL pratique, soit 1500 heures de vol. Avoir son CPL n’est cependant pas suffisant pour prendre son envol sur la majorité des appareils. Pour cela, il faut passer des qualifications complémentaires, telles que la qualification vol de nuit ou vol aux instruments (IR), qui permet de voler dans des conditions météorologiques particulières.

Finalement, il ne vous reste plus qu’à passer une qualification de type (QT) pour vous spécialiser sur un type d’appareil. La formation initiale d’un pilote pour l’aviation privée est donc la même que celle d’un pilote pour l’aviation commerciale. La différence est dans les qualifications complémentaires à passer. En compagnie, la réglementation n’autorise que trois qualifications de type au maximum.

Vous n’aurez pas besoin de la licence complémentaire MCC (multi crew coordination), nécessaire pour les pilotes de ligne qui travaillent avec un équipage.

Entretien pilote jet privé 1

 

Comment se déroule la formation ?

Il a trois types de formation qui permettent de passer la licence pour devenir pilote. Elles nécessitent toutes d’avoir obtenu son baccalauréat et validé deux ans d’études supérieures, sauf exceptions. Le baccalauréat peut être général, professionnel ou technologique. La plupart des élèves intéressés poursuivent ensuite des études scientifiques ou d’ingénieur (CPEG, licences, DUT, BTS), avant de choisir une formation pour devenir pilote. Ils ont trois options :

  1. La filière d’État : la formation est gratuite mais difficile à intégrer. Elle se fait à l’École nationale de l’aviation civile (ENAC).
  2. La filière militaire : vous pouvez être recruté par les trois armées (air, terre, mer), soit en passant un concours après deux ans de classe préparatoire (vous serez officier de carrière), soit juste après votre baccalauréat (vous serez officier sous contrat). Vous pourrez vous reconvertir dans le privé après 10 ans d’engagement.
  3. La filière privée : il existe de nombreuses écoles privées, en France et à l’étranger. Vous pouvez également choisir entre deux types de formation. La première est la formation « cadet » ; certaines compagnies aériennes proposent de financer tout ou partie de votre cursus et de vous embaucher par la suite. Air France en fait partie et c’est une option qui est également proposée à l’étranger. La deuxième est la formation indépendante. Les formations indépendantes varient en fonction des compagnies aériennes et sont très coûteuses. L’un des avantages est de pouvoir étaler votre formation en la passant, si vous le souhaitez, sous forme de modules.

 

Que faire en attendant ?

Peu importe votre âge, vous pouvez déjà commencer à vous préparer, pour la théorie et/ou la pratique.

Vous pouvez obtenir votre Brevet d’initiation aéronautique (BIA) dès 13 ans pour vous familiariser avec quelques histoires et théories aéronautiques. Vient ensuite le Brevet de base (à 15 ans), durant lequel vous apprenez à manier un avion léger. Vous pouvez à partir de 16 ans passer votre licence de pilote privé (PPL). C’est une licence non professionnelle, qui vous permet de valider 45 heures de vol dans n’importe quel aéroclub, ainsi que d’obtenir la qualification SPE (monomoteurs à pistons).

Enfin, afin de vous distinguer vous pouvez également passer des formations complémentaires en tant qu’agent d’opération ou technicien aéronautique par exemple.

Devenir pilote de jet privé

 

Quel salaire un pilote de jet privé gagne-t-il ?

Le salaire que vous gagnerez va dépendre de la compagnie aérienne qui vous emploie et de votre expérience et ancienneté. Chez Air France-KLM, le salaire oscille entre 4000 et 11 000 € mensuels pour un copilote ; il peut aller jusqu’à 18 500 € pour un commandant de bord. Le salaire d’un pilote dans l’aviation d’affaires sera en général plus élevé que celui d’un pilote dans l’aviation commerciale.